Pourquoi la finance n’attire plus les jeunes diplômés ?

Finance et génération Z

Le taux de chômage chez les jeunes diplômés issus des grandes écoles est au plus bas. 9 sur 10 trouvent un emploi dans les six mois après leur sortie de l’école. Et même certains sont courtisés et trouvent un travail avant la fin de leurs études à tel point que le nombre de jeunes qui partent à l’étranger à diminué.

La France n’avait pas connu une telle situation depuis près de dix ans. Ce constat est inversement proportionnel à l’intérêt que porte les jeunes diplômés de la génération Z, ces fameux millennial, ou digital natives, au monde de la finance. S’il était, il y a encore quelques années, porteur d’une bonne image ces temps sont maintenant révolus.

Le but n’est pas de dire que les écoles spécialisées dans les fonctions de la finance ont du mal à trouver des étudiants. Elles bénéficient d’une bonne réputation et forment les futurs cadres. La finalité est de montrer que les élèves qui sortent des grandes écoles françaises ne se dirigent plus vers la finance.

Au sein de nos phases de recrutement chez CapexFi, nous sommes amenés à entrer en contact avec de plus en plus de jeunes diplômés. Ils ont du mal à trouver un emploi une fois leur stage de fin d’études effectué. Les entreprises, pour beaucoup d’entre elles, souhaitent des salariés qui bénéficient déjà de quelques années d’expérience qu’elles n’auront pas besoin de former. Mais cela concerne des jeunes qui ont décidé de faire carrière dans la finance.

Pour ceux qui sortent de formations plus cotées, le choix de la finance comme tremplin à leur carrière ne fait plus recette. Il faut dire que les codes du monde du travail ont évolué et que les attentes des jeunes générations ne sont pas forcément en adéquation avec la finance.

La génération Z est ultra connecté et a peu confiance en l’entreprise, notamment des plus grandes. Leur approche du monde de travail est de ce fait très individualiste et est très orientée sur les valeurs, l’image et le sens que renvoient les entreprises. Elle est prête à refuser un poste si elle ne retrouve pas ses valeurs. Elle a besoin d’échange, de s’inscrire dans un projet. La nouvelle génération est plus actrice de sa vie professionnelle et ne souhaite pas la subir comme cela a pu être le cas avec les générations précédentes (ou celles qu’elles ont eu comme modèle).

Une des raisons pour lesquelles les jeunes s’intéressent moins aux fonctions de la finance est qu’ils ont senti et anticipé l’automatisation progressive de ces fonctions. Ils ont également plus un esprit d’entrepreneur que ne l’avait les générations précédentes.

Il faut dire que le paysage du monde du travail a complètement été chamboulé par l’arrivée des GAFA et des nouvelles technologies, qui ont ringardisées les standards de l’époque par leur dynamisme, leur modernité et les valeurs communautaires qu’elles dégagent. Par exemple, il y a dix ans, l’intérêt pour le secteur de la banque était considéré comme attractif. Dix ans après, ce n’est plus du tout le cas.

Les métiers liés aux nouvelles technologies et au monde de l’informatique sont les gros pourvoyeurs de postes avec tout ce qui concerne les activités d’architecture et d’ingénierie. Une seule chose ne change pas dans tous les classements peu importe les années. La région parisienne reste le plus gros bassin d’emplois en France.

Ce qui peut paraître plus surprenant, c’est de voir que tous les nouveaux métiers qui gravitent autour de la data, du cloud ou encore de la cybersécurité ne soient pas encore plébiscités par les jeunes diplômés des grandes écoles. Il faut imaginer que dans les années à venir, ces métiers prennent de plus en plus de place.

La finance n’attire plus forcément la jeune génération est par conséquent les banques ou les établissements financiers ont de plus en plus de mal à attirer les jeunes diplômés. Cela dit, le secteur de la finance est toujours un secteur qui recrute beaucoup, mais plus sur des postes qui demandent plus d’expertise. Cela dit, le départ à la retraite de la génération des baby-boomers a déjà commencé. Il va falloir renouveler les effectifs et pour cela les attirer en proposant de nouvelles idées. Il faut dire que le temps où l’on rentrait dans une société pour y faire une grande et longue carrière est révolu.

Il est à noter que le seul secteur de la finance qui se porte bien est celui du conseil…

Chez CapexFi, nous sommes à l’écoute du marché par notre positionnement en tant qu’interlocuteur des sociétés qui sont nos clients, mais aussi en tant que recruteur de managers et de talents. Nous sentons bien chez nos managers, même si ce n’est que pour une courte durée, l’envie de se sentir bien dans l’entreprise.

D’ailleurs, ils n’hésitent pas décliner des postes qui ne leur conviennent pas. La tendance de trouver des valeurs au travail est donc intergénérationnelle.

En tout cas, nous n’avons pas fini d’en entendre parler.

Blog Finance et Management de transition – Génération Z, jeunes diplômés, travail, valeurs, finance, nouvelles technologies, GAFA, banques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.