Manager de Transition – Interview Thierry BRUMTER

Quel est votre parcours et votre domaine d’expertise ?

Aujourd’hui manager de transition, je suis diplômé d’AgroParisTech, j’ai poursuivi mes études dans les sciences sociales et économiques à Sciences Po Paris. Avant de rejoindre Cargill, le géant américain du négoce et de l’agro-alimentaire dans le monde. J’y ai travaillé pendant 22 ans à Paris, Genève et Londres.J’ai débuté ma carrière à des postes commerciaux de trader de céréales puis trader de change. Puis j’ai obliqué et progressé dans les métiers de la finance pour le groupe, comme Trésorier France puis Trésorier européen puis Directeur de leur filiale financière Cargill Global Funding PLC et membre du CODIR européen.

Ce parcours diversifié m’a permis de développer une large gamme de compétences financières pour les entreprises. Mes domaines d’expertise recouvrent toutes les activités financières comme le cash management, la gestion des risques de changes, les financements et la gestion de la liquidité, les fusions-acquisitions, les budgets, l’analyse financière, le contrôle de gestion, le financement du commerce international, la structuration financière des filiales, l’organisation et les relations bancaires. De retour à Paris en 2009, j’ai créé ma société de conseil en finance et management de transition afin de partager mes compétences et mon savoir-être avec mes clients de la start-up à la TGE, de les aider à atteindre leurs objectifs et de réussir.

Quels sont les avantages de faire appel à vos services ?

À vrai dire mes atouts sont de plusieurs natures. En effet, je commencerais par mon expérience éprouvée face aux multiples défis de ma vie professionnelle, ma culture du résultat, ma ténacité et ma capacité d’innovation. De plus, mon adaptabilité à travailler dans de petites et grandes organisations, à trouver des solutions propres à chaque environnement dans le respect des objectifs fixés. Pour finir, je mentionnerais ma capacité à travailler en équipe, à partager les savoirs et à montrer l’exemple.

Quel dernier projet d’envergure avez-vous mis en place ?

Lors de ma mission de manager de transition auprès de la direction financière du leader français agro-industriel de la filière des huiles végétales, j’ai évidemment assumé les tâches pour lesquelles j’ai été engagé, à savoir le contrôle de gestion, l’établissement des résultats mensuels et le budget pour les 6 usines et les 3 activités, mais au-delà j’ai aussi contribué :

  • mettre en place avec le service commercial un suivi systématique et formel des risques de change afin de s’assurer du respect des limites fixées par la direction générale ;
  • réorganiser et à former une nouvelle équipe en charge de la négociation et du suivi des instruments bancaires liés à l’importation des graines oléagineuses  (LC à paiement différé) ;
  • maîtriser et à réorganiser le processus semestriel de la comptabilité de couverture pour les commissaires aux comptes.

Comment le manager de transition peut-il accompagner les changements dans l’entreprise ?

Toutefois il importe de suivre un processus à la fois rationnel et holistique par étapes :

  • s’imprégner de la culture de l’entreprise ;
  • s’accorder sur des objectifs ambitieux et raisonnés avec la direction générale ou les actionnaires le cas échéant ;
  • choisir l’équipe dédiée en charge de la mise en œuvre du changement et lui donner les moyens nécessaires ;
  • partager, motiver et convaincre le personnel du bien-fondé du changement et de ses risques ;
  • suivre la mise en place du changement et des actions correctives, si nécessaire ;
  • reconnaître les artisans de la réussite et célébrer celle-ci collectivement

Quelle doit être la bonne attitude d’un manager de transition en période de crise ?

Les réponses à apporter en temps de crise doivent rester pragmatiques. Elles dépendent de la nature de la crise, à savoir crise sociale, financière, commerciale, technique ou environnementale. Quelle que soit sa nature, il est primordial de garder la tête froide, d’effectuer le bon diagnostic et surtout de communiquer en interne, voire en externe, les actions correctives décidées par la direction. En effet, il n’y a rien de pire que de laisser libre court aux craintes, aux rumeurs et autres désinformations.

Comment procédez-vous pour réussir vos missions de manager de transition ?

Je ne crois pas qu’il y ait une recette miracle, mais plutôt une méthode. Je pense que cela commence par un état des lieux en rapport avec la mission impartie. Ainsi, cela implique de regarder, écouter, identifier les non-écrits et non-dits et comprendre le fonctionnement de chaque entreprise. Ainsi, la réussite repose sur la mise en œuvre de mes savoirs et de mes compétences, mais aussi sur mon attitude tout au long de la mission :

  •  être à l’écoute des équipes ;
  •  partager et aider les autres à progresser ;
  • motiver les équipes ;
  • apprendre vite et savoir s’adapter ;
  • rendre compte régulièrement de l’évolution de la mission ;
  • être franc et lisible. « Je fais ce que je dis et je dis ce que je fais. »

Comment analysez-vous la réussite de vos missions ?

Le plus gratifiant est que les autres parties prenantes reconnaissent la réussite de la mission. La réussite passe aussi par un traitement efficace et approprié des imprévus ou des déconvenues en cours de mission. Le critère principal est la réalisation des objectifs escomptés dans le temps et le budget alloué.

Quelle est votre vision de la fonction finance dans les années à venir ?

D’un point de vue organisationnel, au-delà des obligations fiduciaires de la direction financière, il importe que la fonction finance devienne un véritable « business partner », non plus en aval par l’établissement ad posteriori des résultats mais en amont dans la collaboration et la prise de décision avec l’ensemble de l’entreprise. Par ailleurs, le besoin de simplification et d’automatisation intelligente des tâches répétitives sans valeur ajoutée est réel. La prolifération des données éparpillées doit laisser place à la mise en place d’une véritable « business intelligence ». Elle entraînera une transformation digitale de la fonction finance vers plus d’efficacité, de rapidité et de fiabilité des processus intégrés. La finance se concentrera sur l’avenir en utilisant des analyses prédictives pour modeler et prédire le futur, prévoir les performances et gérer les risques.

Pourquoi rejoindre le réseau CapexFi ?

La petite équipe spécialisée en management de transition en finance de CapexFi est l’assurance d’un traitement individualisé de l’offre et de la demande de mission. Ainsi, ses dirigeants ont une très bonne connaissance de la fonction finance. C’est pourquoi, j’ai établi des relations de confiance avec eux et je pense qu’ils ont bien cerné mon profil. Finalement, la richesse du réseau CapexFi repose aussi sur le partage entre ses membres et la multiplicité de ses échanges.

Si vous souhaitez avoir plus d’informations sur ce sujet ou être accompagné dans la mise en place de vos projets en finance, CapexFi, cabinet de recrutement et de management de transition spécialisé en finance, peut vous aider et vous proposer l’expertise de ses managers.

Sur ce point, pour suivre notre actualité, n’hésitez pas à vous abonner à notre page LinkedIn ou sur notre chaîne YouTube.